Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Edito > La quête du savoir

La quête du savoir

mercredi 31 juillet 2019, par Louis DAUBIN

Nous vivons une époque formidable. Objectivement. Les moyens techniques, technologiques, toujours plus performants, pourraient nous promettre de vivre pour tous des lendemains radieux.



Mais, nous le constatons chaque jour, plus la science progresse en tous domaines, plus l’individu régresse intellectuellement et moralement en tous domaines. Sans que l’on puisse affirmer un effet de corrélation puisque cette pauvreté du savoir est partagée en de nombreux endroits de la planète. La source de cette destruction du savoir, de toutes ces » humanités », est ailleurs. Le niveau moyen culturel d’un Français de 20 ans en 2019 est à peu près celui d’un enfant de 8 ans issu du noble enseignement en 1900. Mon grand-père déclamait en Latin et récitait Des poèmes en vers et en alexandrin. Mon père nous contait l’histoire de la Grèce, de Rome, du monde. Mon grand-père n’avait que les livres pour imaginer le monde, Mon père eut la radio et les livres pour découvrir le monde, j’eu la télévision, la radio, les livres pour regarder le monde. Mes enfants sont sous le bombardement des écrans pour se croire au centre du monde. Nous ne gouvernons plus notre vie par l’effort d’acquisition du savoir. Nous la gérons dans le confort de la distribution universelle de l’opinion.
Aujourd’hui , le climat est devenu le bavardage convenu dans la cité. Avec, par le flux unique de la convention de pensée » confortable », une ignorance voulue du savoir réel.
31000 scientifiques authentiques, dont de nombreux prix Nobel, ont signés « l’Oregon pétition » pour appeler à plus de raison et de climato réalisme les nations et leurs gouvernants. Rien n’y fait. L’électrique sera l’ordre unique pour se déplacer demain quitte à conduire à la ruine, au sens global intellectuel, physique, technique, la planète entière. L’urgence climatique est une invention à but lucratif dans laquelle les victimes consentante se précipitent comme des moutons dans la gueule des loups. Il n’y a plus de bergers.
Imaginez, Monsieur de la Fontaine serait aujourd’hui inquiété pour ses libelles. Pour « climato scepticisme » il risquerait le châtiment de mort médiatique. Au contraire, la plus absurde affirmation si elle est à la mode du jour, sera reçue comme une vérité incontestable : les 40 000 morts annuels du au « Diesel » dans Paris ne vous a pas fait rire ? Alors, Il est peut-être temps de recommencer à lire.

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80