Accueil du site > Articles parus > L’homme du mois > Luc Chausson, Directeur de Skoda France

Luc Chausson, Directeur de Skoda France

lundi 24 janvier 2011, par JEAN-PIERRE DURAND, Louis DAUBIN

Avec sa nouvelle gamme Greenline, Skoda ajoute à sa compétitivité, la maîtrise des consommations et de la TVS, ainsi qu’un bonus d’image éco-responsable.

Dans l’offre pléthorique du groupe Volkswagen, la marque Skoda s’est singularisée en décalant ses modèles sur des formats “intermédiaires”. Ainsi, ceux qui trouvent les “moyennes” trop petites et les “moyennes supérieures” trop chères, peuvent voir dans l’Octavia l’illustration du juste milieu au juste prix.

Idem pour le combi Superb, plus vaste que des breaks du segment H, pour un tarif qui demeure proche de la “moyenne”. Mais en dépit de sa rationalité, ce positionnement n’aide pas à inscrire “automatiquement” les Skoda dans des comparaisons formatées sur les archétypes. Résultat : Skoda on connaît, mais on n‘y pense pas toujours.

Toutefois l’arrivée d’une nouvelle gamme Greenline qui rassemble tous les modèles de la marque, dans des versions au CO2 particulièrement optimisé, rappelle l’attractivité de Skoda au bon souvenir des entreprises. Luc Chausson, qui a dirigé pendant quatre ans VW Utilitaires, vient de prendre la direction de la marque Skoda. Et il voit parfaitement le parti que cette gamme Greenline peut tirer de “l’argument CO2” :

Luc Chausson : La Fabia à 89g, l’Octavia à 99g, la Superb à 114g le monospace compact Roomster à 109g, mais aussi le crossover Yeti à 119g : ce sont des arguments qu’un chef d’entreprise et son directeur financier vont immédiatement assimiler. Quand on regarde une Superb, on n’imagine pas un instant qu’une berline ou un break de ce standing et de cette habitabilité, ne consomme que 4,4 litres en moyenne normalisée et ne paie que 456€ de TVS.

Notre gamme Greenline permet à une entreprise de viser “moins de 100g” ou “moins de 120g” sans obliger ses collaborateurs à rouler dans des urbaines : l’Octavia à 99g propose tout le confort d’une excellente routière familiale très bien équipée, pour une consommation moyenne de 3,8 litres, pour une TVS de 198€ et à un prix attractif. Il est aussi possible de motiver un collaborateur avec un crossover sans pour autant dépasser 120g. Cette technologie innovante et performante, nous la proposons à un tarif très accessible, et pour des coûts d’entretien et de maintenance également compétitifs.

KME : Aujourd’hui la compétitivité est devenue un axe de communication difficile à argumenter. Pour contrer tant les effets de la crise que l’agressivité tarifaire des low-cost, on voit parfois s’afficher des prix d’appel plus ou moins réalistes, des remises intégrant primes et bonus et autres “avantages client”. Comment Skoda émerge de cette confusion tarifaire ?

L.C. : Le client veut payer le moins cher possible et l’on ne peut que le comprendre, mais il ne veut pas faire l’impasse sur le confort sur la qualité et sur les finitions. C’est encore plus vrai pour les entreprises dont les collaborateurs roulent souvent deux à trois fois plus qu’un particulier et passent une part importante de leur temps au volant. Un produit low-cost implique dès l’origine, des compromis en matière de conception, d’industrialisation, et de style.

Et même si vous dopez sa dotation d’équipement, les compromis originaux demeurent. Skoda ne s’inscrit pas dans cette politique de compromis low-cost. Nos modèles répondent aux meilleurs standards européens et ils utilisent des technologies de pointe. Les taux de CO2 particulièrement bas de la gamme Greenline sont à cet égard très révélateurs. Ils sont obtenus grâce à des motorisations de dernière génération équipées de systèmes start-stop, de systèmes de récupération d’énergie au freinage, de modules de gestion-moteur optimisés ; leur aérodynamique a été particulièrement soignée de la carrosserie jusqu’aux soubassements…

KME : Dans le secteur automobile, l’image évolue avec une incroyable inertie, on entend toujours les mêmes a priori : les allemandes ceci, les italiennes cela, les françaises… et dans ce type de discours la marque tchèque Skoda est parfois encore “à l’Est”.

L.C. : Skoda fait partie du groupe Volkswagen depuis 1991, l’accord initial aura 20 ans en avril prochain. Depuis nos plateformes, nos motorisations, nos technologies mais aussi notre outil industriel et nos process sont ceux du groupe Volkswagen et fidèles aux exigences de qualité du groupe. J’ajouterai que l’histoire de Skoda est plus que séculaire. Après les prestigieuses Laurin & Klement, la marque a longtemps produit des six et des huit cylindres. Et même dans les années 60 et 70, elle a maintenu une activité sportive notamment en F3 et même dans le WRC, avec des prestations remarquées aux Mille Lacs, au RAC ou à l’Acropole.

KME : C’est l‘arrivée de l’Octavia de 1996, premier modèle entièrement conçu sous “l’ére VW” qui a façonné son positionnement “qualité-prix” et qui lui a valu un accueil remarqué sur les marchés professionnels… Aujourd’hui la gamme Greenline relance la marque sur ce créneau…

L.C. : Effectivement, et à double titre car au-delà de l’impact fiscal et environnemental, le CO2 traduit aussi le niveau des consommations. Et quelle que soit l’évolution de la TVS, l’intérêt d’une moindre consommation demeure et demeurera essentiel dans les comptes d’exploitation d’une entreprise. La performance et la compétitivité de la gamme Skoda sont d’ailleurs bien identifiées et bien perçues par les grands comptes. Nous avons aussi une forte présence sur le marché des taxis tant avec l’Octavia qu’avec la Superb. C’est un marché qui donne de la visibilité à la marque, mais qui témoigne aussi de la fiabilité des modèles et de la qualité du service. Le kilométrage d’un taxi est de l’ordre de 200000km/ 3ans et les utilisateurs sont particulièrement exigeants sur la fiabilité comme sur la disponibilité.

KME : Avez-vous perçu une réduction des kilométrages ou un allongement des temps de détention dans les entreprises ?

L.C. : Au 1er trimestre 2009, l’activité économique s’était paralysée dans de nombreux secteurs, nous avons donc procédé à quelques allongements de contrats de LLD mais depuis, progressivement, nos clients “sociétés” sont revenus à un rythme de renouvellement proche de 36 mois. Les modèles Skoda séduisent particulièrement les “gros rouleurs”, en raison de leur fiabilité de leur confort et de leur dotation “d’équipements utiles” tels le régulateur de série, le bluetoth ou le GPS. Nous avons pour chaque modèle une définition d’équipement “business” spécifiquement adaptée aux usages professionnels ainsi que des adaptations réversibles pour les versions “société 2 places à TVA récupérable”.

KME : Les utilisateurs intensifs prêtent une grande importance à la densité du réseau, combien de sites Skoda comptez vous en France ? Et trouve-t-on sur ces sites des vendeurs spécifiquement formés aux ventes sociétés.

L.C. : Le réseau compte aujourd’hui 136 sites Skoda, qui sont souvent adossés à des sites “du groupe”, ce qui contribue à un potentiel de compétences optimisé dans l’approche des sociétés. Les réseaux sont différents, c’est la règle, mais le back-office en matière de financement ou encore de compétence technique par exemple, est évidemment plus structuré que si Skoda était isolé.

Nous comptons cependant mieux faire connaître la spécificité de la marque et ses produits sur le terrain, auprès des PME et des TPE, pour parvenir à un impact comparable à celui que nous avons auprès de grands comptes. La marque Skoda est identifiée mais pas toujours l’ensemble de son offre-produit et il nous faut donc faire connaître l’ensemble de la gamme, la faire essayer, pour faire apprécier son confort et la qualité de ses prestations. La gamme Greenline, son argumentation environnementale, son argumentation fiscale, son économie d’usage, ses prévisions de valeurs résiduelles, ses TCO, nous donnent l’opportunité d’interpeller les entreprises avec une offre globale qui répond exactement à leurs attentes du moment.

Propos recueillis par J-P DURAND et Louis DAUBIN

Répondre à cet article

1 Message

  • Luc Chausson, Directeur de Skoda France

    28 décembre 2011 10:46

    Félicitation à Mr Luc chausson pour sa nomination récente.

    Je voudrais m’adresser directement à lui mais je pense pas que cela puisse être possible, mais je voudrais qu’il puisse savoir ce qui suit. Depuis plus de 10 ans je suis un fidèle client de SCODA agence de NÎMES 30. jusqu’à ce jour j’ai incité certains collègues à acheter SCODA. Puis aujourd’hui, mon Octavia qui a 140000 Kilomètres à un problème de joint de culasse alors que la maintenance à toujours été effectuée chez SKODA NIMES 30. et pour cela on me demande 2290.37€ c’est "SCANDALEUX". Car ce montant est au moins 2 fois trop important . On me propose une réduction de 10% ce que je n’accepte pas. Donc , 10 ans après je vais sans doute quitter SKODA et le faire quitter à mon entourage .C’est le résultat d’une mauvaise politique. J’attends votre réponse par mail : g.robin@hotmail.fr Cordialement Guy ROBIN

    Répondre à ce message



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80